16/12/2014

Par sa vitalité, Séville incarne le caractère volontaire et indépendant de l’Andalousie. Créée par la Rome antique dont les colonies s’égrènent le long du Guadalquivir, elle tire son patrimoine des princes almohades (IXe au XIIIe s.) et des Rois Catholiques (XVIe s.).

C’est dans le quartier de Santa Cruz, aux nombreux monuments, que ce métissage est le plus visible. Notamment avec la cathédrale, somptueux sanctuaire gothique surmonté d’un… minaret du IXe s, l’emblématique Giralda. Lui faisant face l’Archivo de Indias emprunte ses traits principaux à la Renaissance ; à quelques pas, le Real Alcázar revisité par Pedro 1er au XIVe s. est un joyau de style mudéjar, aujourd’hui classé par l’Unesco. Tout autour, les ruelles sont bordées de palais ( comme la superbe casa Pilatos et le palais de la Condesa de Lebrija et leurs patios) et d’églises baroques (église de Salvador).

Le musée du Flamenco s’est naturellement installé dans ce quartier qui fut populaire. Plus au nord, la Macarena est un quartier simple et animé. Vers le sud, le parc María Luisa propice à de belles balades borde la place d’Espagne, créée pour l’exposition de 1929, tout comme les pavillons de ses allées.

Séville, capitale du Nouveau Monde à partir du XVIe s. tira l’essentiel de sa fortune des richesses transatlantiques débarquées sur le Guadalquivir, qui resta longtemps l’artère essentielle de la cité. Dans le quartier de l’Arenal, qui s’étire sur sa rive, s’élèvent la plaza de Toros de 1881.

Le museo de Bellas Artes comprend une imposante collection d’art espagnol, dont des œuvres des peintres andalous Murillo et Zurbarán.  Le fleuve, qui n’est plus sillonné que par les bateaux de croisière et les avirons, marque la frontière avec deux quartiers, celui de Triana, connu pour son animation nocturne, ses nombreux tablaos où s’affrontent les meilleurs artistes de flamenco et celui de l’Exposition Universelle de 1992, célèbre pour son musée d’Art contemporain installé dans un ancien couvent.

Il aller faire un tour à la place de l’Incarnation, pour son très futuriste Metropol Parasol, une structure de six grands champignons (setas) alvéolés de 26 mètres de haut, dont les chapeaux sont reliés entre eux.

Le plus Comptoir des Voyages

Découvrir la capitale de l’Andalousie à vélo, le long de ses 70 km de pistes cyclables.

Nous on adore

Se perdre dans le labyrinthe de ruelles du quartier de Santa Cruz après avoir pris un petit-déj  à base de churros et chocolat chaud servi par la churreria Virgen de Lujan.

Retour haut