Santé en Afrique du Sud

11/10/2013

Vaccins obligatoires

En théorie, un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé des voyageurs ayant récemment séjourné ou simplement transité dans l'un des 42 pays d'Afrique sub-saharienne et d'Amérique latine où la maladie peut être présente, même si le vaccin n'y est pas obligatoire (voir carte dans nos news santé).
Une modification importante a été mise en ligne par le ministère de la santé du gouvernement d'Afrique du Sud : il n'y a plus d'obligation vaccinale ni pour les voyageurs arrivant de Tanzanie, ni surtout pour ceux qui reviennent de Zambie après une extension aux chutes Victoria.

Paludisme

Absent des grandes villes (Johannesburg, Le Cap, Durban) et de leurs alentours, il est très présent dans les provinces touristiques du Mpumalanga et du Kwazulu-Natal où se trouvent les grands parcs animaliers, mais aussi dans la province du Limpopo frontalière du Botswana. En safari, les voyageurs devront, d’une part, se protéger contre les piqûres de moustiques (répulsifs peau et vêtements, moustiquaires imprégnées) et, d’autre part, impérativement prendre un traitement antipaludique préventif : atovaquone (Malarone ou un de ses génériques), Doxycycline ou méfloquine (Lariam) sur prescription médicale.

Vaccins conseillés

Comme toujours et partout, il est important d'être immunisé contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et la poliomyélite, les hépatites A et B et, selon les conditions de voyage la typhoïde et la rage.

Autres risques

L'observance des conseils donnés dans nos recommandations générales concernant les problèmes environnementaux et comportementaux permettra au voyageur de les éviter. Insistons sur les risques de maladies sexuellement transmissibles et, en particulier, de sida, en rappelant le drame que représente pour le pays la séropositivité de près d'un Sud-Africain sur dix. Plusieurs épidémies de grippe aviaire ont touché ces dernières années les élevages d'autruches. Rappelons que la contamination n'est jamais alimentaire ; elle se fait par contact direct avec les secrétions rhino-pharyngées d'un animal grippé (le risque pour l'homme ne concerne que les fermiers).
Depuis janvier 2017, l’Afrique du Sud connaît l’épidémie de listériose la plus étendue jamais enregistrée dans le monde, d’après les Nations Unies. En mars 2018, 950 cas ont été déclarés. La cause en est une usine alimentaire située dans le nord-est du pays. Aussi, il est conseillé d’éviter toute charcuterie, fromages à pâte molle et fruits de mer crus, ainsi que les produits cuisinés contenant de la viande. Le risque le plus important concerne les bébés à naître. Aussi, les femmes enceintes doivent-elles être très prudentes et vigilantes quant à leur alimentation.
La plupart des cas sont survenus dans la province de Gauteng (Johannesburg et Pretoria), et dans les provinces du Cap occidental et du Natal.

Infrastructure

Les infrastructures sanitaires sont très satisfaisantes dans les grandes villes. Il est préférable, en cas de nécessité de soins sur place, après avis de la compagnie d'assistance, de contacter les services consulaires français

Si, après leur lecture, vous n'avez pas trouvé réponse à toutes vos questions, vous pouvez les poser au docteur Adida : écrire au Docteur Michel Adida
Demander un devis
Parler à un spécialiste
Afrique du Sud
01 53 10 97 61 Du lundi au samedi de 10h à 18h30
Nos voyages Afrique du Sud

Idées associées

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.