La fête des Morts au Pérou

Posté le 28 décembre 2018 par Felipe
Célébration dans cimetière à Lima © Manuel Medir
Célébration dans cimetière à Lima © Manuel Medir
Le Pérou est un pays très catholique. Le 1er novembre, il fête donc tous les saints et le lendemain, les catholiques du Pérou prient pour leurs défunts. C'est le dia de los difuntos, le « jour des défunts ». Loin d'être triste, ce jour est une véritable fête au Pérou rassemblant les vivants et les morts. Découvrez cette fête du Pérou plus en détails.

Une fête aux multiples origines

Ces fêtes catholiques étaient très compatibles avec le culte des ancêtres incas, qui avaient pour habitude d’habiller leurs momies. Ils les faisaient défiler avant de leur servir un bon et copieux repas. Au moment de la conquête espagnole, malgré la faim qui régnait parmi les tribus conquises, un tiers de la nourriture de l'empire était offert aux morts, c’est vous dire ! La bière était et reste fondamentale pour ce type de cérémonies et célébrations.

2 novembre : la fête… au cimetière

Le 2 novembre, les cimetières de tout le Pérou se colorent. Dans le gigantesque cimetière de Nueva Esperanza à Lima, l'un des plus grands au monde, on voit les familles affluer avec des fleurs, de la nourriture et de l’alcool pour leurs défunts. Des musiciens, des artistes et des vendeurs en tous genres font également partie de cette célébration animée.
Beaucoup de maris qui n'ont jamais osé offrir un bouquet de fleurs à leur femme, des enfants qui n'ont jamais réussi à chanter une chanson à leur mère le font ce jour-là, devant la tombe. Hommes et femmes, petits et grands partagent de longues discussions avec leurs proches disparus, en plus de prier, de manière à ce qu’ils franchissent les frontières de la mort. Les cimetières les plus pauvres sont généralement les plus festifs.
Parfois, comme c’est le cas pour l'élégant cimetière de l'Almudena de Cusco, il est interdit de boire et de manger. La célébration a donc lieu à l'extérieur des installations.

Des cadeaux pour les disparus

L’idée étant de faire plaisir aux défunts, il est donc tout à fait normal de leur offrir tout ce qui leur plaisait lors de leur existence terrestre. Le plus couramment, on offre de la chicha (bière andine), de la bière, de la nourriture, des fruits… Mais les cadeaux ne se limitent pas qu’aux aliments. Il peut aussi s’agir d’objets : chapeaux, tissus… À l'intérieur des cimetières, les familles ornent les niches des murs en aménageant des maquettes qui représentent les différentes facettes de la vie des défunts.
blog-perou-2-novembre-fete-morts-2
Des cadeaux pour les défunts © Mitos del Cusco Puccaponcho

Lechonpan wawa et tamales

Pour le Jour des Morts, le plat traditionnel est le lechon (cochon de lait rôti), accompagné de bière de maïs andine (la chicha). Partout où vous allez ce jour-là, vous trouverez du pain sucré présenté sous la forme de bébés, appelés tanta wawa (litt : pain bébé, en quechua). Ces pains peuvent aussi se présenter sous la forme d’achachis (hommes et femmes plus âgés qui représentent les grands-parents) et de chevaux, symboles du transport de la Pachamama (la mère de la terre andine) aux cieux (Alaxpacha). Les pains bébés en couronne représentent une bonne santé et de l'abondance pour l'esprit. Quand à ceux en forme d’échelle, ils servent à éliminer les nuages ​​afin que le défunt puisse reposer en paix. Les tamales (pâte de maïs cuite à la vapeur avec ou sans garniture) font aussi partie de l'événement.
blog-perou-2-novembre-fete-morts-3
Le pain wawa bébé © Nayruth
blog-perou-2-novembre-fete-morts-4
Pains wawa en tous genres © Vladimir Vargas

Pleuvra, pleuvra pas ?

Il existe une tradition ancestrale et orale qui dit que le temps reflète l’état des « âmes bénies ». S'il pleut au moment des visites, cela signifie que les personnes décédées arrivent en larmes. Elles pleurent car leurs proches ne se sont pas souvenues d’elles au cours de l'année. En revanche, un journée ensoleillée signifie que les défunts sont joyeux, leurs familles s’étant souvenues d'eux.La mort n’est pas quelque chose de joyeux, oh non vraiment pas ! Mais là encore, les Péruviens savent garder le sourire et faire la fête. Incroyable, n’est-ce pas ! Les traditions veulent qu’après cette vie terrestre commence une autre vie et c’est pourquoi le 2 novembre vivants et morts sont réunis. Un jour par an pour se retrouver, n’est-ce pas merveilleux !
Photo principale : Célébration dans un cimetière à Lima © Manuel Medir
Retour haut