A-ha, la pop norvégienne des années 1980

Posté le 27 juillet 2018 par Elisabeth
A ha en concert à Madrid en 2010 © Jamesbond Raul
A ha en concert à Madrid en 2010 © Jamesbond Raul
Elles commencent à dater. Et pourtant les notes de synthé du tube Take on Me de A-ha résonnent encore dans la tête des fans. À tort qualifié de groupes à midinettes, A-ha un groupe de pop-rock mythique en Norvège. Fondé en 1982, le groupe a vendu quelque 55 millions d’albums et continue de se produire en concert.

Trois garçons dans le vent

En Suède, il y a ABBA. En Norvège, A-ha. Les noms se ressemblent mais les groupes n’ont rien à voir. Des années 1970 disco, on passe aux années 1980 pop-rock et on change de pays. C’est en 1982, à Oslo, que les trois acolytes du groupe se rencontrent et se mettent à composer sous le nom d’A-ha. Morten Harket est au chant et à la guitare, Magne Furuholmen au clavier et Paul Waaktaar-Savoy à la guitare. Le nom A-ha est un hommage aux Doors. Il renvoie aux paroles du titre Gloria. C'est aussi une expression de joie et un nom facile à retenir dans tous les pays du monde !
Les ambitions internationales du groupe se concrétisent dès 1985. Cette année là, A-ha sort l’album Hunting High and Low. Il comprend des tubes tels que Take on Me ou The Sun Always Shines on TV. Autant de titres qui font danser la terre entière. L’album est au top des charts norvégiens, numéro 2 en Grande-Bretagne et flirte avec les premières places des tops 50 des autres pays d’Europe. Take on Me connaît même un succès faramineux aux États-Unis.
blog-norvege-aha-groupe-rock-pop-musique-take on me-morten harket-musique-succes-magne furuholmen-paul waaktaar savoy
Morten Harket en 2005 © Yoshi

Les années 1980 et 1990 : une collection de tubes

La plupart des critiques musicaux prédisent au trio norvégien une vie artistique éphémère. C'est pourtant le contraire qui se produit. En 1986, leur deuxième album Scoundrel Days connaît un beau succès. Le rayonnement de A-ha est tel que le célèbre musicien anglais John Barry les contacte. Il leur demande de coécrire la bande original du film Tuer n'est pas jouer.
Jusqu’en 1994, A-ha continue à produire des albums dont Stay on These Roads, à l'accueil plus mitigé. Le trio tire les leçons de cet album composé à la va-vite et redresse superbement la barre. L'album suivant, East of the Sun, West of the Moon, est soigné et réconcilie A-ha avec le succès. Pourtant, des tensions naissent au sein du groupe. Au goût des deux autres, Paul Waaktaar-Savoy semble avoir un peu trop pris la main sur la création artistique.
blog-norvege-aha-groupe-rock-pop-musique-take on me-morten harket-musique-succes-magne furuholmen-paul waaktaar savoy
A-ha en 2005 © Yoshi

Séparations et réconciliations

Le groupe se sépare en 1994. Les trois gaillards enchaînent avec des carrières solos aux succès très moyens et confinés à la Scandinavie. Quatre années plus tard, les Britanniques David Trimble et John Hume reçoivent le prix Nobel de la paix pour leurs efforts pour le processus de paix en Irlande du Nord. À l’occasion, A-ha remonte sur scène et chante The Sun Shines Always on TV et un titre inédit Summer Moved On. Le single devient un succès commercial et le groupe se reforme pour le plus grand bonheur des fans. La chimie et la magie reprennent. Le groupe produit plusieurs albums dont le sublime Lifelines. Le succès international est de nouveau au rendez-vous. Mickael Jackson les invite même dans son ranch de Neverland mais le trio décline l’invitation pour cause de tournée…
En 2009, A-ha se sépare de nouveau puis se reforme à nouveau en 2015. 36 ans après leurs premières notes le groupe continue à remplir des stades. Il est  d’ailleurs en tournée tout l’été 2018 en Europe. On y va ?
blog-norvege-aha-groupe-rock-pop-musique-take on me-morten harket-musique-succes-magne furuholmen-paul waaktaar savoy
Magne Furuholmen en 2007 © Cat Italia
photo principale : A-ha en concert à Madrid en 2010 © Jamesbond Raul
Retour haut