Plages secrètes de la côte atlantique

Posté le 13 février 2018 par Laurie
Aujourd’hui, on part à la découverte des plus belles plages d'Essaouira. Pour cela, il faut mettre cap au sud d’Essaouira et débuter une dérive océanique d’anthologie, de Sidi Kaouki à Sidi M’Barek. Au programme : paysages dunaires, plages sauvages et les cascades d’eau douce de Sidi M’Barek.

La Falaise : une plage sauvage… et abritée du vent !

La plage d’Essaouira est certes très belle… mais pas franchement indiquée pour profiter des joies de la baignade en famille, entre amis ou en solo. Entre les colonies de kitesurfeurs, le vent qui ne vous laisse aucun répit et les regards indiscrets qui s’accrochent à la moindre parcelle de chair dénudée, il est souvent préférable de mettre le cap vers des plages d'Essaouira un peu plus confidentielles
C’est sur les recommandations d’une habitante du cru, que nous prenons la route en direction du sud de Sidi Kaouki. Une plage sauvage, lovée sous une falaise, abritée du vent… la description du spot faite par notre amie est parfaitement conforme à nos attentes. Mais quand on lui demande le nom de cette plage, sa mine exprime un large point d’interrogation « Moi, je l’appelle la Falaise ! »Nous appellerons donc cette plage « la Falaise ».
La Falaise est une belle plage abritée du vent. Ça a l’air de rien dit comme ça. Et pourtant après 5 jours du zef d’Essaouira dans les oreilles, nous sommes littéralement ravis à l’idée de tourner le dos au vent. Mais ce que nous ignorons en arrivant ici, c’est que la Falaise nous réserve une autre surprise de taille… Surprise d’une plage sauvage réservée pour nous et rien que pour nous (et sans même avoir eu besoin de privatiser l’endroit…). Quand nous arrivons sur la plage, c’est bien simple, il n’y a personne, mis à part peut-être les mouettes, les cormorans et les goélands.
Avant de planter notre parasol dans le sable, nous faisons un petit détour par Azro café, un petit restaurant familial aux faux airs de Bagdad Café planté au-dessus de la falaise, ceci afin de passer commande du déjeuner. La propriétaire du lieu, une franco-marocaine exilée à Londres nous parle de son retour d’exil sur cette falaise aux airs de bouts de monde. Quand nous lui demandons pourquoi ce choix, elle désigne la mer et le paysage océanique déployé jusqu'à l'horizon tout autour de nous et nous répond « pour ça !».
Nous avons ensuite tout le loisir de jouer les Robinson sur la plage parfaitement abritée du vent… Les enfants courent et improvisent des jeux et des constructions de château de sable. L’océan Atlantique nous offre un condensé d’éléments iodés particulièrement vivifiants et rafraîchissants (Bonjour l'océan Atlantique !) et les coquillages aux formes et aux formats variés interpellent les esprits créatifs… Le déjeuner tardif à Azro café parachève cette découverte d’une belle note fraîche, généreuse et gourmande (avec une note très peu salée pour ne rien gâcher)... Nous y reviendrons !
S’il vous plaît, gardez-tout cela pour vous... Je ne voudrais pas voir ce bel endroit se dénaturer…
blog Maroc plages d'Essaouira Sidi Kaouki plage dite de « la Falaise »
Connaissez-vous la Falaise ? C'est l'une des plus belles plages d'Essaouira, située au sud de Sidi Kaouki.
blog Maroc plages d'Essaouira Sidi Kaouki
À deux pas de Sidi Kaouki : profiter du luxe d'une plage rien que pour soi et les siens...

À Sidi M’Barek : entre cascades et paysages dunaires !

Pour trouver les cascades de Sidi M’Barek, il faut longer la superbe route côtière qui serpente sur les collines plantées d’arganiers au sud d’Essaouira. Inutile de compter sur les panneaux d’indication pour vous mettre sur la voie. Il n’y en a pas !
À partir de Sidi Kaouki, il faut rouler précisément 12 km (regardez bien le compteur). Un panneau rudimentaire indique bien les cascades mais il est positionné… dos à la route : pas très pratique ! Au kilomètre 12, non loin du village de Aït Idir, on aperçoit une vallée verdoyante, lovée dans un canyon débouchant vers la mer. À partir de là, il convient de se garer où on peut. Nous choisissons pour notre part de parquer les voitures légèrement en contrebas de la route, sur les bords de la piste menant vers la mer. Ce qui n’est pas forcément une bonne idée… Il nous faudra un quart d’heure pour désensabler une des voitures de groupe. Mais ce sont là les risques de l’aventure !
Pour rejoindre les cascades, il faut s’aventurer sur un des sentiers muletiers descendant vers la vallée verdoyante aux airs de petite oasis (prenez le sentier menant vers la mer si vous décidez de faire la boucle dans l’autre sens). Une fois trouvée la rivière (ou le mince filet d’eau, c’est selon la saison), il ne reste plus qu’à pratiquer l’aqua-trekking en longeant le lit verdoyant de l’oued Aghbalou. Oyez, oyez voyageur, n’ayez pas peur de vous mouiller… les pieds !
Tout au long du parcours se succèdent des paysages aux accents naturels et contrastés. Végétations, terre, rocher, cultures en paliers, eau douce, cascades, dunes de sables, falaises et océan : les éléments ne font plus qu’un !
On fait des rencontres impromptues avec les rares habitants du cru : bergers, troupeaux de chèvres, moutons, randonneurs et femmes en pleine opération de lessive. La cascade (ne pas s’attendre aux chutes du Niagara) est bordée par une immense dune de sable qu’il faut grimper pour se voir généreusement récompenser…
Rendus tout là-haut, on contemple, béat, le spectacle des vagues qui roulent sans fin entre ciel et mer dans un vacarme océanique assourdissant. Happé par la lumière et la puissance régénérante des éléments, on sent les moindres cellules de notre corps irriguées d’un vent profond de sérénité.
blog du Maroc plages d'Essaouira cascades de Sidi Mbarek
L'oued menant aux cascades de Sidi Mbarek se déverse dans l'Atlantique au terme de la randonnée.
blog du Maroc plages d'Essaouira Sidi Mbarek
À quelques pas des cascades de Sidi Mbarek : la dune du Pilat... version marocaine !
 
© photo principale : Laurie Arnauné © photos article de haut en bas : Laurie Arnauné
Retour haut