La série Trapped, bientôt la saison 2

Posté le 19 décembre 2018 par Marine
Bannièrede la série Trapped © Trapped
Bannièrede la série Trapped © Trapped
Un village du nord-est de l’Islande plongé au cœur d’une tempête de neige sans fin, un cadavre mutilé, un flic torturé et dépressif, une cargaison de suspects... une série policière scandinave comme il en existe déjà en somme. Pourtant, Trapped a rencontré un surprenant succès en France. Réalisée par le très connu Baltasar Kormákur, Trapped est sortie en 2015. La saison 2 sera diffusée en France début 2019.

Le succès des séries scandinaves

C’est la série qui a coûté le plus cher à l’histoire des tournages de films en Islande (près de 6,5 millions d’euros). Heureusement, le succès a été à la hauteur du budget ! La production s’est décidée à tourner une saison 2, même 3 ans après la sortie de la première saison.
Si Trapped (Ófærð en islandais) a pu s’exporter aussi facilement et séduire un public international, c’est parce qu’elle rassemble les éléments clés d’un polar scandinave. Les Henning Mankell, Camilla Läckberg, Arnaldur Indriðason, Stieg Larsson… nous y ont bien habitués. Une intrigue policière gore, un cadre à la fois exotique et menaçant, des personnages brutaux mais attachants... Trapped réunit intelligemment tous ces ingrédients.
Si le lecteur ou le spectateur aime se faire peur avec une œuvre qui l’emmène loin de son quotidien (un meurtre sauvage dans un pays glacé), il est aussi transporté par la force du récit gothique. Ces histoires captivent et tiennent hors d’haleine parce qu’elles évoquent la mort et l’épouvante. Mais aussi parce qu’elles interrogent sur les manières possibles de tromper la mort, sur la place de l’homme sur Terre.
blog Islande - “Trapped”, la série policière événement islandaise
© Trapped

Entre fiction et réalité

Trapped a aussi remporté un grand succès dans son propre pays. Surtout parce que de nombreux liens existent entre la fiction et la réalité. Ainsi le spectateur islandais s’est reconnu dans la série. Le réalisateur a utilisé son travail pour dénoncer des situations connues.
La série évoque donc la réalité des conditions de vie en Islande (problèmes logistiques, climat, petit pays dans lequel tout le monde se connaît). Le personnage principal de la série, Andri, est le cliché du flic scandinave : bourru, isolé, dépressif, inadapté. Il est l’incarnation d’un malaise collectif souvent ressenti dans ces pays du Nord. La tempête de neige qui s’abat sur la ville durant toute la saison 1 est une allégorie à la crise financière qu’a connue le pays en 2008. La crise demeure un épisode encore très vivant.
Prévue comme une mini-série à l'origine, Trapped remonte en selle pour une seconde saison. Pas question de continuer cette affaire néanmoins, la saison 2 de 10 épisodes aura une nouvelle intrigue.
blog Islande - “Trapped”, la série policière événement islandaise
Dans le froid de l'Islande © Trapped

La nature sauvage islandaise dans le rôle principal

Trapped se déroule à Seyðisfjörður. Située dans l’est de l’Islande, la petite commune compte 670 habitants. La ville est entourée des montagnes et repose au pied du fjord. Un ferry la relie aux îles Féroé et au port d’Hanstholm au Danemark. Fondé en 1848 par des pêcheurs norvégiens, Seyðisfjörður était une base pour les forces américaines et britanniques durant la Seconde Guerre mondiale avant d’axer son économie uniquement sur le tourisme. Cette tranquille petite bourgade est capable d’offrir plusieurs visages, parfaits pour le tournage d’un film. Enchanteresse par beau temps, démoniaque par mauvais temps. C’est sans doute pour cela que Baltasar Kormákur a choisit d’y filmer son histoire.En voyant la série, on est tout de suite bluffé par son cadre d’action. La nature islandaise est presque l’actrice principale de la série. En effet, son image est exploitée au maximum et sa force est mise en avant. Comme dans beaucoup de séries scandinaves, les scènes de nature aident à comprendre l’état général de la société en même temps que l’expression de l’état d’esprit des personnages.
photo principale : Bannièrede la série Trapped © Trapped ; texte : Betty Lemestre
Retour haut