À voir à Reykjavík : Harpa

Posté le 5 octobre 2018 par Marine
Vue extérieure de la salle de concerts Harpa, à Reykjavík © Pixabay / Betty Lemestre
Vue extérieure de la salle de concerts Harpa, à Reykjavík © Pixabay / Betty Lemestre
Inauguré à Reykjavík en 2011, le complexe Harpa accueille expositions, concerts, événements culturels, réunions, festivals, défilés de mode… Foyer de l'Orchestre symphonique islandais et de l'Opéra islandais, l’histoire de la création de ce bâtiment est une histoire pleine de rebondissements. Tant sur son aspect physique que sur son financement.

Un bâtiment pareil à un volcan en éveil

Harpa est une ode à la nature islandaise. Le bâtiment est le résultat d’une collaboration géniale entre les architectes Henning Larsen et l’artiste de renommée internationale Olafur Eliasson.
Ce qui frappe avant tout, c’est la beauté du bâtiment. Son enveloppe métallique extérieure, minérale et froide, est couverte de vitraux. Leur scintillement permet un jeu de lumière fascinant. Cette structure « cristalline » s’harmonise parfaitement avec son environnement. De plus, elle réagit volontiers aux couleurs de la ville, du ciel et de l’océan.
L’intérieur de Harpa contraste avec sa façade épurée. Les  halls qui le constituent rappellent un massif montagneux. Le cœur du bâtiment évoque lui, le célèbre volcan Eyjafjallajökull. En effet, les couleurs rouge lave et noir cendre ont été choisies pour la salle de concert principale. On a tout de suite le sentiment de se trouver dans quelque chose de brûlant, de violent.
Si le bâtiment étonne le visiteur pour sa splendeur, il le surprendra également pour la qualité de son acoustique. Parfaitement équilibrée, elle a, elle aussi, été étudiée pour donner l'impression aux spectateurs de ressentir le grondement d'un volcan.
En 2013, Harpa a reçu le prestigieux prix d'architecture contemporaine de l'Union européenne Mies van der Rohe.
blog Islande – Reykjavík – complexe Harpa
Une superbe architecture © Unsplash
blog Islande – Reykjavík – complexe Harpa
Salle de concert © Wiki Common

Une œuvre volcanique qui a eu chaud

Si Harpa est aujourd’hui l’une des fiertés nationales en Islande, il n’en a pas toujours été ainsi. Sa sortie de terre a en effet coïncidé avec l’une des pires périodes économiques de l'Islande.
Le projet de création d’une salle de concert nationale remonte aux débuts des années 1980.  Faute de financement, il ne peut voir le jour qu'à l'aube des années 2000, quand l’État accepte finalement de participer à la réalisation du projet. Après avoir trouvé le lieu idéal, les travaux débutent en 2007… pour s’arrêter en 2008 avec la faillite de l'Islande.
Dès lors, il faut trancher : poursuivre la construction ou mettre fin définitivement au projet. Pour certains, Harpa est une pure folie : 150 millions de dollars de travaux et une salle de 1 800 places pour 300 000 habitants seulement. Pour d’autres en revanche, il faut continuer, même au prix de sacrifices. Les travaux sont engagés et une fois terminés, le bâtiment deviendra vite rentable. De plus, les nombreux événements se tenant à Harpa rayonneront sur l’économie entière du pays.
La population islandaise choisit finalement de poursuivre la construction. En dépit d'une note très salée pour le contribuable islandais, l’effort national permet à Harpa de voir finalement le jour. Ainsi, Harpa devient le symbole de la reprise économique de l'Islande et du dynamisme retrouvé. Une œuvre somptueuse basée sur un bel élan communautaire.
blog Islande – Reykjavík – complexe Harpa
Dans les couloirs de Harpa © Pixabay
photo principale : Vue extérieure de la salle de concerts Harpa, à Reykjavík © Betty Lemestre
Retour haut