Le fabuleux sanctuaire d'Ajanta

Posté le 4 mai 2018 par Jérôme
Les sculptures d'Ajanta permettent d'admirer les différents courants artistiques bouddhiques © Jérôme Cartegini
Les sculptures d'Ajanta permettent d'admirer les différents courants artistiques bouddhiques © Jérôme Cartegini
Dans l’État du Maharashtra, les grottes sacrées d’Ajanta constituent un trésor de l’art bouddhique d’une valeur inestimable. Creusées à flanc de falaise dans un ravin boisé qui surplombe la rivière Vaghora, elles abritent des sculptures et des peintures rupestres dont certaines datent du IIe siècle av. J.-C. Fréquenté par les pèlerins pendant près d'un millénaire, les grottes d'Ajanta sont tombées dans l'oubli avant d'être redécouvertes par des Anglais. La visite de ce sanctuaire emprunt de spiritualité est un fabuleux voyage dans le temps.

Haut lieu spirituel

Inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco, les monuments rupestres bouddhiques d’Ajanta se situent à environ 450 km au nord ouest de Mumbai. Spectaculaire, le site se compose d’une trentaine de grottes bouddhiques qui se succèdent dans une sorte de corridor en arc de cercle à flanc de falaise. Chacune d’entre elles abrite des peintures et des sculptures d’une richesse époustouflante. Les premières grottes ont été édifiées au IIe siècle av. J.-C. Certaines encore plus impressionnantes sont datées des Ve et VIe siècle.
D’une importance majeure, ce haut lieu spirituel n’a cessé de s’enrichir au fil des siècles, mais trois grottes restent inachevées. Après plus d’un millénaire d’expansion dans le sous-continent indien, le bouddhisme a en effet commencé à décliner face à l’hindouisme et au jaïnisme, puis a presque disparu un temps suite aux invasions musulmanes. Le site a été peu à peu abandonné avant de tomber complètement dans l’oubli durant plusieurs siècles. Dissimulé derrière une épaisse jungle, ce n’est qu’en 1819 à l’occasion d’une partie de chasse que des soldats britanniques découvrent les grottes d’Ajanta. Avec les grottes d’Elora située à 150 km de là, Ajanta fait partie des sites historiques les plus importants de l’Inde. L’affluence y est telle que la visite des grottes est limitée certains jours à une durée 15 minutes par personne.

1000 ans d’art religieux bouddhique

Ces monuments ne servaient pas uniquement de lieux de prière. Des communautés de moines ont vécu ici entre le IIe siècle av. J.-C et le IXe siècle de notre ère. Ajanta était un centre monastique et universitaire qui accueillait des étudiants, des pèlerins, des philosophes, mais aussi des grands maîtres spirituels bouddhistes qui venaient de toute l’Inde. Certaines grottes abritent des cellules qui servaient d’habitation aux moines, mais également des salles de réunion, d’enseignement, etc. Au temps de sa splendeur, Ajanta pouvait accueillir plusieurs centaines de personnes.
Les grottes d’Ajanta permettent de retracer l’histoire de l'art religieux bouddhique sur plus de 1000 ans. Le site comprend trois groupes de grottes construites entre le IIe et le Ier siècle av. J.-C.,  le IIIe et le Ve siècle, et le VIe et le VIIIe siècle. Près de la moitié des salles sont ornées de fascinantes fresques murales narrant notamment la vie de Bouddha. Malgré les dégradations dues notamment à l’humidité et au tourisme, c’est l’ensemble de peintures murales le plus important existant en Inde. Les parois des cavernes sont ornées d’une multitude de sculptures, de bas-reliefs et autres piliers sculptés d’une richesse et d’une finesse exceptionnelle. Elles possèdent la particularité de traduire différentes approches de la vie et des enseignements de Bouddha selon les époques et les artistes.  Un héritage historique et culturel unique au monde.
blog-inde_ajanta-caves_3
Les caves n°1, 16 et 17 sont ornées de fresques exceptionnelles © Jérôme Cartegini
blog-inde_ajanta-caves_2
Datée du Ve siècle, la salle de prière n°26 est remarquablement bien conservée. © Jérôme Cartegini
 
Les sculptures d'Ajanta permettent d'admirer les différents courants artistiques bouddhiques © Jérôme Cartegini
Retour haut