La vallée des Tîrthankara

Posté le 17 décembre 2018 par Jérôme
Image du maître spirituel jaïn Adinatha © Jérôme Cartegini
Image du maître spirituel jaïn Adinatha © Jérôme Cartegini
C’est en se promenant par hasard dans les environs de Gwalior sur l’une des routes qui mènent au fort que l’on peut découvrir de spectaculaires vestiges jaïns. Une centaine de sculptures taillées à même la roche jaillissent de la falaise de cette vallée déserte.

Un témoignage précieux du jaïnisme

Dans l’État du Madhya Pradesh, la ville de Gwalior regorge de merveilles architecturales et historiques. Ainsi de son fort moghol, culminant à plus de 100 mètres et dominant majestueusement la cité.
Il est pourtant un de ses trésors, qui reste largement méconnu. Il s'agit de son remarquable ensemble de monuments jaïns. Perdues dans une vallée désertes, des statues de Tîrthankara, dont le nom signifie « passeurs de gué », s'égrainent le long d'une route dans l'indifférence quasi totale des voyageurs. À l'instar de nombreuses richesses du patrimoine indien, le site est peu, voire pas du tout, mis en valeur. Il ne figure donc dans aucun guide de voyage.

Qui sont les Tîrthankara ?

Les Tîrthankara sont les maîtres spirituels du jaïnisme. Cette religion serait apparue en Inde entre le XIe et le Xe siècle avant notre ère. Assez proche de l’hindouisme ou du bouddhisme, le jaïnisme suppose pourtant des rites et des croyances très différents. Les jaïns vénèrent en effet 22 Tîrthankara. Ces dieux, qui sont parvenus à vaincre le cycle infernal des réincarnations, ont été envoyés sur terre pour guider les dévots. Leur représentation évoque parfois Bouddha.

Un ensemble remarquable et méconnu

L’ensemble de grottes et de niches jaïns abrite une centaine de petites et grandes statues Tîrthankara . Datées du VIIe et XVe siècle, elles représentent les passeurs de gué nus, debout ou assis en position du lotus. Taillée à même la roche, l’une des statues monumentales culmine à 17 mètres de hauteur. Cette image de Adinatha représentant le premier maître spirituel du jaïnisme constitue la plus grande de l’Inde du Nord.
Victime de la furie iconoclaste des envahisseurs moghols, les monuments ont été profanés et défigurés sur l’ordre de l’empereur Babur en 1527. Les visages des idoles jaïns ont été systématiquement martelés. Quelques siècles plus tard, la communauté jaïn a entrepris des restaurations et remodelé les visages de certaines idoles endommagées. Une immersion aussi inattendue que magique dans le monde jaïn.
blog-inde_monuments-jaïns_3
Des dizaines de grottes et de niches cachées en contrebas de la route ©Jérôme Cartegini
blog-inde_monuments-jaïns_2
Les visages martelés des idoles jaïnes par les moghols ©Jérôme Cartegini
blog-inde_monuments-jaïns_1
Les colosses jaïn de la vallée Urwahi ©Jérôme Cartegini
photo principale : Image du maître spirituel jaïn Adinatha © Jérôme Cartegini
Retour haut