La déesse Kali, figure de l'hindouisme

Posté le 13 août 2018 par Jérôme
©Jérôme Cartegini
©Jérôme Cartegini
Dans l’hindouisme, Kali constitue l’une des déesses les plus adulées par les hindous. Cette divinité à l’apparence aussi étrange que terrifiante symbolise la préservation, la transformation et la destruction. Les dévots qui la vénèrent sont libérés de la peur de la destruction, de la jalousie ou de la passion.

Qui est la déesse Kali ?

La déesse Kali aussi appelée la « Noire » ou la « Sombre » est la destructrice du mal sous toutes ses formes. Son apparence varie selon les différentes régions de l’Inde.
Elle est généralement représentée entièrement nue avec la peau noire. Ses longs cheveux sombres arborent une coiffe d’or et de pierres précieuses. Au-dessus de ses yeux rouges exorbités, un troisième œil tourné vers Shiva symbolise la sagesse. Quant à sa bouche grande ouverte, elle laisse apparaître une langue pendante ensanglantée et des canines protubérantes. Une peau de tigre (ou parfois d’éléphant), d’un pagne de bras coupés et d’une guirlande de crânes autour du cou composent la « tenue »  habituelle de la déesse. Enfin, elle possède huit bras. Ces derniers portent le trident de Shiva, le feu destructeur, un nœud coulant, un sabre et un poignard maculé de sang, ou encore une tête décapitée plantée sur un pic.
Sur d’autres représentations, Kali a la peau bleu foncé ou dorée. Elle peut être très maigre et laide, ou au contraire très sensuelle avec des formes généreuses et une bouche pulpeuse. Une variante de Kali appelée Bhadrakali représente la déesse de la fertilité, une mère protectrice de bon augure.
blog-inde_kali_2
Des fleurs d'hibiscus pour rendre hommage à Kali au Kalighat ©Jérôme Cartegini
blog-inde_kali_3
Ferveur pour la déesse de la fertilité dans le temple dédié à Kali ©Jérôme Cartegini

Le culte de Kali, temples et pujas

Quelle que soit la férocité de son apparence, les hindous la perçoivent comme une protection divine qui écarte tous les dangers de la vie. Le culte de Kali se révèle particulièrement populaire au Bengale. Chaque année entre la fin du mois de septembre et début octobre a lieu la Durga puja, la plus importante cérémonie religieuse dédiée à la déesse Durga dont Kali est une incarnation.
Dans les ateliers du quartier de Kurmatuli à Calcutta, les sculpteurs ne chôment pas. Ils confectionnent ainsi des milliers de statues de Kali. Durant 5 jours, ces statues envahissent les villes et les villages bengalais. Partout dans les temples, les maisons, les commerces, les rues, les fidèles vénèrent ces effigies de Kali. Des cortèges se forment, durant lesquels on porte les  statues pour les immerger dans l’eau.
Tout au long de l’année, le Kalighat Kali Temple situé à la périphérie de Calcutta est l’un des rares sanctuaires dédiés à la déesse accessible aux non-hindous. Une occasion unique de voir la dévotion extrême que vouent les hindous à Kali. Construit en 1802, le temple attire tout au long de l’année des milliers de pèlerins. Ils viennent notamment demander de l’aide à Ma Kali, la Mère Divine pour résoudre leurs problèmes. Chaque jour durant près de deux siècles, des chèvres étaient offertes en sacrifice à Kali dans le temple de Kalighat. Avec Shiva, Brahma, Vishnu, Hanunan, et Ganesh, Kali demeure l’une des divinités les plus adulées du panthéon indien.
 
blog-inde_kali_1
Une statue de Kali en préparation pour la Durga puja©Jérôme Cartegini
Procession dédiée à Bhadrakali sur les bords du Gange ©Jérôme Cartegini
Retour haut