Kéa, île des Cyclades

Posté le 19 juin 2015 par Dimitrios
Balade à dos d'âne sur les sentiers de Kéa ©  Ziegler175 [CC BY-SA 3.0]
Balade à dos d'âne sur les sentiers de Kéa © Ziegler175 [CC BY-SA 3.0]
Kéa ou Tzia est située au nord de l’archipel des Cyclades. Depuis Athènes, une heure de trajet suffit pour rejoindre l'île, ses sites antiques et ses plages. Moins fréquentée que ses voisines de la mer Égée, Kéa est idéale pour se détendre en toute tranquillité au bord d’une mer cristalline. Les Athéniens l'ont bien compris et s'y retrouvent pour y pique-niquer le dimanche ou y passer quelques jours au printemps ou à l'automne.
1

Se perdre dans les ruelles de Ioulida

Accrochée à la montagne, Ioulida est l’une des villes les mieux conservées des Cyclades. Avec ses bâtiments néo-classiques et ses églises aux toits rougeâtres, ses ruelles ombragées et ses escaliers de guingois, la capitale de Kéa semble construite au gré des envies de ses habitants. Comme pour beaucoup d'habitations traditionnelles des Cyclades, le toit-terrasse d'une maison fait office de balcon pour la maison voisine et tout le monde s'accommode très bien de cette promiscuité bon enfant.

Conseil de pro

Pour bénéficier de la plus belle vue sur Ioulida, installez-vous sur la terrasse de la pâtisserie Panorama (Tél. : +30 2288022341) avec un café accompagné d’un risogalo, un gâteau de riz parfumé à la cannelle.
A Kéa, Ioulida est certainement l’une des plus belles villes de Grèce (d’après les Grecs eux-mêmes) ! Les chats omniprésents font partie du décor et posent alanguis pour le plus grand bonheur des photographes amateurs. L’architecture néo-classique de l’Hôtel de Ville et de l'ancienne école de Ioulida, œuvre de l’architecte allemand Ernest Schiller au début du XXe siècle, est en parfaite harmonie avec le cubisme cycladique des maisons alentour. Les fresques d'Alekos Fassianos, les voûtes des maisons au toit chaulés de blancs, des moulins à vent abandonnés et un Kastro vénitien du XIIIe complètent un décor propice à la balade.
Dans les Cyclades, la terrasse d’une maison devient le jardin du voisin.
Dans les Cyclades, la terrasse d’une maison devient le jardin du voisin. © municipalité de Kéa
Balade dans les ruelles de Ioulida
Balade dans les ruelles de Ioulida © Dimitrios Machairidis
Le Musée archéologique (rue Antoniou Lazaridou, Τél. : +30 22880 22079) mérite également de s’y arrêter, lors de voyage à Kéa, pour ses statuettes de terre cuite, ses vases et ses idoles cycladiques. La collection des objets de la période archaïque est exposée au premier étage. Au deuxième, on peut voir des objets trouvés sur le site néolithique de Agia Kyriaki, près du port. Après la visite, il fait bon s'arrêter au café-restaurant Piazza de Yiannis Paouris (Tél. +30 2288 022195).
À l'autre bout de Ioulida, se dresse le « gardien éternel » du pays, à savoir la fameuse sculpture du Lion, mesurant 6 mètres de haut et reflétant l’art du XIe siècle av. J.-C.  Selon la légende, l’île, alors appelée Hydroussa, « la bien arrosée », était couverte de forêts, et habitée par un grand nombre de nymphes. Un jour, un gigantesque lion fit son apparition et effraya les nymphes qui abandonnèrent l'île.
2

Randonner avec vue sur la mer Egée

Pour le plus grand bonheur des randonneurs, Kéa est parcourue d'anciens sentiers, dont une majorité est balisée. Des itinéraires permettent de randonner avec vue sur le bleu de la mer Égée  ou de traverser l'île d'un bout à l'autre dans un cadre idyllique et fleuri. D'anciens chemins reliant les villages de l'île, se prêtent quant à eux aux sorties en véhicule tout-terrain.
Les sentiers de Kéa relient les villages entre eux.
Les sentiers de Kéa relient les villages entre eux. © Dimitrios Machairidis
3

Visiter l’acropole de Karthaia

« Karthaia n'est pas qu’une étroite crête et je ne l’échangerais pas contre Babylone ». Ce sont les mots du célèbre poète lyrique de la Grèce antique, Pindare. Rien que pour cela, ce site archéologique, le plus important de Kéa de l’époque archaïque, mérite une visite (Entrée libre. Penser à prendre de l'eau en quantité suffisante). Le site abrite plusieurs monuments : le temple dorique d'Apollon Pythien (530 av. J.-C), un temple attribué à Athéna, le Propylon… En grimpant encore plus haut à travers la garrigue, on atteint une petite chapelle d'où la vue est à couper le souffle, avec les crêtes bleutées de Kythnos qui se découpent à l’horizon.
Sur le chemin du retour vers Ioulida, faites une pause chez Simos (Tél. : + 30 22880 24280), connu pour ses spécialités locales : le paspala, à base de porc, d'œufs et de tomates ou encore le loza, du porc fumé typique de Cyclades.
Le temple dorique d’Apollon Pythien
Le temple dorique d’Apollon Pythien © municipalité de Kéa
Le propylon du temple dédié à la déesse Athéna à Kartéa
Le propylon du temple dédié à la déesse Athéna à Kartéa © Dimitrios Machairidis
4

Profiter des plages de Kéa

Parmi les nombreuses plages de l'île, focus sur Vourkari et Otzias. Vourkari est très fréquentée par les voiliers de plaisance et connue pour ses bars et cafés. Pour une petite faim, rendez-vous chez Ennea Kores (Tél. : +30 2288 021702) pour une salade aux herbes sauvages ou une melitzanosalata (salade d'aubergines), ou chez Aristos (Tél. : +30 22880 21475) pour un des meilleurs souvlakis de Kéa. Pour un verre, ça se passe chez Vinylio (Tél. : +30 22880 21080) et Jeus Faber (Tél. : +30 22880 21356) au Vourkari.
Prochain arrêt : Otzias, une baie ceinte de rochers, protection naturelle contre les vents forts qui soufflent parfois en Méditerranée orientale. Sur l'un des rochers, est édifié le monastère de Kastriani, dont la couleur bleue rappelle celui de la mer.

Le Titanic de la Mer Egée

Sorti en 1914 des chantiers navals de la White Star Line, à qui l'on doit aussi le tristement célèbre, Titanic, le Britannic est un paquebot converti en navire-hôpital par l'armée britannique au début de la Première Guerre mondiale.
Le 21 novembre 1916, le Britannic est secoué par une énorme explosion et disparaît dans les eaux de la mer Égée en une heure à peine. La majorité des soldats est secourue par les pêcheurs de Kéa et seules 30 pertes sont à déplorer sur les 1 100 membres d'équipage.
En 1975, l'épave du Britannic est explorée pour la première fois par l’équipe de Jacques-Yves Cousteau. Le Britannic est la plus grande épave gisant au fond des océans. La cause de son naufrage reste inconnue : une torpille lancée par un U-Boat allemand ? une mine flottante ? Cette dernière supposition reste la plus probable.
Les plages Korissià, Vourkari et de Agia Kyriaki, à Kéa
Les plages Korissià, Vourkari et de Agia Kyriaki, à Kéa © Dimitrios Machairidis
Le monastère de Kastriani, assorti au bleu de la mer baignant Kéa
Le monastère de Kastriani, assorti au bleu de la mer baignant Kéa © Geolag Aeroview pour la municipalité de Kéa
Vourkari est connu pour ses bars et ses cafés
Vourkari est connu pour ses bars et ses cafés © municipalité de Kéa
Plongée à Kéa
Plongée à Kéa © municipalité de Kéa
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
Balade à dos d'âne sur les sentiers de Kéa © Ziegler175 [CC BY-SA 3.0]
Retour haut