Les 200 ans du Prado

Posté le 29 mars 2019 par Sabrina
La porte de Vélasquez © Sabrina Cartier
La porte de Vélasquez © Sabrina Cartier
Il faut savoir que le musée du Prado reçoit chaque année près de 3 millions de visiteurs. C'est une visite en effet incontournable lorsque vous venez découvrir la capitale. Même si non loin de lui, l'on trouve aussi les musées Thyssen y le Reina Sofía, le musée du Prado reste cependant le préféré de la plupart des visiteurs. Grand de ses 42000 m2, il héberge plus de 35000 oeuvres allant de la peinture, à la sculpture, à la gravure et aux dessins. On y trouve la collection de peinture espagnole la plus complète au monde.

Sa construction

Oeuvre architecturale de Juan de Villanueva, le musée du Prado était originellement prévu comme musée des Sciences Naturelles. De style néoclassique, sa construction débute en 1785 sous le règne de Carlos III. Néanmoins les guerres napoléoniennes freinent son avancement et ce n'est qu'en 1819, sous le roi Fernando VII, que le musée ouvre enfin ses portes.

De 1819 à 1898

L'histoire du Prado est intimement liée à l'histoire d'Espagne. Ainsi, de 1819 à 1833, le musée du Prado nommé musée Royal, appartenait à la Couronne. Les oeuvres exposées étaient alors toutes espagnoles et provenaient des différents palais royaux.
De 1833 à 1868, on assiste à une plus grande diffusion de l'art espagnol due notamment à la guerre de l'Indépendance, aux décrets disqualificateurs et la dissolution des biens de la noblesse. De nombreuses oeuvres sont vendues en Europe. En 1838, se crée aussi le musée de la Trinidad, situé à quelques pas du Prado. Celui-ci regroupait à l'époque de nombreuses oeuvres du Greco ou encore de Berruguete.
Puis, en 1868, la fin du règne de Isabel II est marqué par la révolution libérale. Le musée du Prado devient alors propriété de l'État. Et c'est ensuite en 1872 que l'on décide de le nationaliser. On assiste alors à une fusion entre le musée du Prado et le musée national de la Trinidad. Au XIXe siècle, de nombreux artistes vont visiter le Prado (Courbet, Bonnat, Renoir, Manet ou encore Picasso).

De 1898 à aujourd'hui

De 1898 à 1931, le musée du Prado commence à organiser des expositions temporaires, comme celle dédiée au Greco en 1902. Durant cette époque le musée se dote d'historiens et de critiques d'art. Les années suivantes, époque de la Seconde République Espagnole, les Missions Pédagogiques permettent au peuple espagnol de connaître une grande partie des oeuvres du Prado. Mais durant la Guerre Civile, le Prado est évacué et les oeuvres sont envoyées dans un premier temps à Valence, en Catalogne et à la frontière française, puis, à Genève (plus de 2000 caisses remplies de peintures et dessins).
En 1939, début de la deuxième Guerre Mondiale, les oeuvres sont alors rendues au Prado. Durant le franquisme (1939-1975), marqué par un climat de censure et d'oppression, l'architecture du Prado va s'agrandir. En effet, le musée acquiert de nouvelles oeuvres : Rubens, Goya, El Bosco ou Van der Weyden.
Depuis 1975, le musée du Prado s'est converti en une destination touristique importante. Au niveau national, pour répondre à la demande éducative en matière d'histoire de l'art, le Prado a donc développé de nombreux projets éducatifs. Si au début des années 1980, le musée comptait sur 3 ou 4 expositions temporaires annuelles, aujourd'hui on en compte près d'une vingtaine, de quoi ravir les amoureux d'art et les visiteurs de la capitale.
blog-espagne-madrid-musee-prado
Hall d'entrée du Prado © Sabrina Cartier

Expositions et artistes du Prado

L'édifice principal, Villanueva, présente la collection permanente. Elle s'organise par ordre chronologique autour de la peinture espagnole, allemande, flamande, hollandaise, italienne, française, britannique ou encore sculpture ou arts décoratifs.
L'édifice Jerónimos reçoit, pour sa part, les expositions temporaires, distribuées sur les deux premiers étages.
Les grands protagonistes de ce musée sont Vélasquez, Goya ou encore le Greco. Mais l'on y trouve aussi Tiziano, Tintoretto, Caravaggio, Poussin, Berruguete, Rubens, Rembrandt, Murillo, etc.
blog-espagne-madrid-musee-prado-verones
La disputa con los doctores en el Templo, P. Veronés © Sabrina Cartier

Informations utiles :

  • Ouvert du lundi au samedi de 10h à 20h.
  • Dimanche et jours fériés de 10h à 19h.
  • Fermé le 1 janvier, le 1 mai et le 25 décembre.
  • Horaires réduits : le 6 janvier, les 24 et 31 décembre de 10h à 14h.
  • Horaires gratuits: du lundi au samedi de 18h à 20h, dimanche et jours fériés de 17h à 19h.
Sachez que les photos y sont interdites ! En effet, seul le hall d'entrée et quelques recoins tel que le cloître de l'édifice Jerónimos (dédié à la sculpture) peuvent être photographier.
Photo principale : La porte de Vélasquez © Sabrina Cartier
Retour haut