L'Île-aux-Coudres en 6 expériences

Posté le 21 mars 2018 par Jean-Marie
Les moulins, classés au patrimoine historique, ont été restaurés en 1980. © Tourisme Isle-aux-Coudres
Les moulins, classés au patrimoine historique, ont été restaurés en 1980. © Tourisme Isle-aux-Coudres
Face au village d’artistes de Baie-Saint-Paul, sur la splendide côte du Charlevoix qui domine tout le Saint-Laurent, l'Île-aux-Coudres est baignée par les eaux du grand fleuve que les insulaires appellent la mer. Nous avons eu un grand coup de cœur pour cette île retirée du monde et hors du temps. Avec les monts du Charlevoix – réserve de biosphère de l'UNESCO – en arrière-plan, son cadre, maritime à souhait et fréquenté par la faune marine et 80 espèces d’oiseaux, est assez admirable.

Se rendre à l’Île-aux-Coudres

Comptez 15 minutes de traversier (ferry en québécois) depuis Saint-Joseph-de-la-Rive.
1

Faire le tour de l'Île-aux-Coudres à vélo

Tout ici incite à prendre son temps et à découvrir l'île à bicyclette. Nous récupérons nos bécanes après une courte navette qui nous prend à la descente du traversier. Les paresseux n’ayant pas la fibre écolo pourront toujours se rabattre sur des scooters… Attention, le chemin des Coudriers fait tout le tour de l’île ce qui explique une numérotation exponentielle… Nous avons une quarantaine de kilomètres de voies cyclables à notre disposition.
La route fait le tour de l’île en moins de 25 kilomètres, et ménage toute une série de vues magnifiques sur le Saint-Laurent et les montagnes à l’horizon. Les vieux villages de Saint-Bernard, La Baleine et Saint-Louis (dans le sens des aiguilles d’une montre) se succèdent, fiers de leurs quelques maisons anciennes et autres vieilles églises. Entre galeries d’artiste, ateliers d’artisan et boutiques de saveurs, les bonnes adresses aux décors soignés ne manquent pas et c’est l’endroit idéal pour tester les B&B.
blog Canada – Québec – Île-aux-Coudres – tour de l'île à vélo
© Tourisme Isle-aux-Coudres
2

Remonter le temps

Au XVIIIe siècle, l’île était principalement habitée par des chasseurs de baleines et des pêcheurs d’anguilles. Ce sont eux qui ont introduit la construction navale sur l’île. Cette activité a contribué à faire connaître l’Île-aux-Coudres dans tout le Canada. Les goélettes fabriquées sur l’île étaient en effet réputées à juste titre pour leur solidité et leur fiabilité.
Leur histoire est évoquées au musée des Voitures d’eau de Saint-Louis. Ce dernier abrite des collections d’objets et de pièces d’équipements maritimes du temps jadis. On peut aussi visiter un bateau mis au sec, pour revivre plus concrètement tout un pan de l’histoire locale, dans une ambiance digne de Thalassa.
blog Canada – Québec – Île-aux-Coudres – musée des Voitures d'eau
© Tourisme Isle-aux-Coudres

Le saviez-vous ?

L’Île-aux-Coudres  doit son nom à Jacques Cartier qui l’a découverte en 1535. Le navigateur s’étonna en effet du nombre de noisetiers (l’autre nom du coudrier, n.d.l.e.) qui y poussaient.
3

Tout savoir sur les moulins

L’agriculture fut longtemps l’activité prédominante de l'île, comme en témoignent de rares vieux moulins dans le sud-ouest de l’île, les moulins Dégagné dits aussi de l'Isle-aux-Coudres.
Ces deux moulins – un moulin à eau de 1825 et un moulin à vent de 1836 – représentent un patrimoine unique au Québec. Après avoir été désaffectés en 1948, puis classés monuments historiques, ils ont été restaurés dans les années 1980. Aujourd'hui convertis en écomusée de la Farine (rien que ça !), ils sont désormais dédiés à l'histoire des moulins et des meuniers.
Nous observons un moment le meunier moudre le blé et le sarrasin à l’ancienne, avec de véritables meules de pierre. Descendus au sous-sol, on découvre le jeu des engrenages tandis qu’une agréable odeur de farine nous caresse les narines. On peut même acheter sur place diverses farines, ou du pain tout droit sorti d’un four à bois ancestral.
Nous avons aussi visité la maison du meunier (qui ne dormait donc pas). On est surpris d’y découvrir une petite collection de masques de la Mi-Carême. En fait le lien est évident, d’autant que la farine est l’un des ingrédients servant à fabriquer les masques.
blog Canada – Québec – Île-aux-Coudres – moulin
À l'intérieur d'un moulin © malimage
4

Déguster le cidre local

La Cidrerie Pedneault, un établissement familial ouvert en 1918, nous accueille dans son économusée de la Pomiculture pour une dégustation, avec modération, de cidre aromatisé à la prune, à la poire, à la pêche, etc. Il propose également des confitures, des vinaigres et une ribambelle d’apéritifs alcoolisés dont la savoureuse mistelle. Il est enfin possible de venir donner un coup de main pour la cueillette dans les vergers familiaux de mi-septembre à mi-octobre.
blog Canada – Québec – Île-aux-Coudres – cidrerie Pedneault
En octobre, la cidrerie propose de participer à la cueillette des pommes. © Vergers pedneault
5

Admirer le patrimoine bâti

Tout au long du parcours, nous rencontrons des croix de chemin (en français, des calvaires) et de charmantes chapelles, rappel de l’omniprésence de l’église au Québec et de la foi de ses habitants. Les jolies chapelles de poche de Saint-Isidore (1836) et Saint-Pierre (1837), tout de pierre rustique vêtues, servaient de reposoirs lors des processions comme celle de la Fête-Dieu. L’église Saint-Louis (1885), entre les deux clochers de laquelle on aperçoit la statue de saint Louis, renferme un intérieur assez somptueux dont, dans son jubé, un magnifique orgue Casavant.
Les maisons Leclerc aux murs à double épaisseur, et Bouchard sont les seuls vestiges des fermes d’origine française de la fin du XVIIIe siècle. La curieuse maison à Horace est surnommée Croche à juste titre : tout y est de guingois, jusqu'aux encadrements des portes et fenêtres. Remplie d’antiquités, dont le premier piano de l'île vieux de 200 ans, c’est une bien étrange curiosité.
blog Canada – Québec – Île-aux-Coudres – maison Leclerc
La maison Leclerc, une maison d'inspiration française du XVIIIe siècle © Tourisme Isle-aux-Coudres
6

Contempler les rochers remarquables

Au large de la côte sud, entre la pointe de l’Islet et la maison Bouchard, on aperçoit le rocher dit du Vieil-Indien, ainsi nommé par les anciens à cause de sa ressemblance avec un profil d’indien (d’amérindien en québécois…), menton à l'est et plume à l'ouest. Si la mer ne le recouvre jamais, même lors des grandes marées, il nous a été déconseillé de nous y rendre à pied.La Roche pleureuse est une grosse pierre entourée de fleurs sauvages sous laquelle s’échappe un filet d’eau. La légende veut que la jolie Louise qui, désespérée de ne pas voir revenir son bien-aimé de marin Charles Desgagnés, se serait transformée en pierre en 1805.

Mes adresses sur l'Île-aux-Coudres

  • Moulins de l'Isle-aux-Coudres : 36 chemin du Moulin | Tél. : 418 760-1065 | lesmoulinsdelisleauxcoudres.com
  • Boulangerie Bouchard : 1648 chemin des Coudriers | Tél. : 418 438-2454 | www.boulangeriebouchard.com
  • Maison Bouchard : 260 chemin du Ruisseau-Rouge
  • Maison Leclerc : 114 rue Principale
  • Maison Croche : 3094 chemin des Coudriers
  • Économusée de la Pomiculture : 3384 chemin des Coudriers | Tél. : 418 438-2365 | vergerspedneault.com
  • Vélo-Coudres (du 1er mai à mi-octobre) : 2926, chemin des Coudriers | Tél. : 418 438-2118
  • Musée des Voitures d’eau de Saint-Louis : 1922, chemin des Coudriers | Tél. : 418 463-2118
Les moulins, classés au patrimoine historique, ont été restaurés en 1980. © Tourisme Isle-aux-Coudres
Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.