Le Brésil et le VW Combi

Posté le 29 novembre 2017 par Rodrigo
L’histoire du Combi Volkswagen, une voiture populaire devenue un des plus grands succès de vente automobile au Brésil, ressemble à un conte de fées. Des années après sa conception en 1950 par des étudiants d'un collège allemand et malgré la fin de sa production en 2014, le succès du combi vw au Brésil ne se dément pas.

L'arrivée du VW Combi au Brésil

Brésil, 1956. Juscelino Kubitschek est élu président et son slogan « Cinquante ans sur cinq » traduit son ambition de développer et d'industrialiser le Brésil à un rythme jamais vu auparavant.
Soutenu par l'industrie automobile, qui cherche de nouveaux territoires à conquérir, le nouveau président se lance dans la construction de kilomètres d’autoroutes pour unir le Nord et le Sud du Brésil.
De nos jours, cette politique du tout bitume est fortement remise en question puisqu'elle s'est faite au détriment du train, moyen de transport pourtant adapté aux dimensions du Brésil. À l'époque toutefois, la stratégie porte ses fruits puisqu'elle encourage l'arrivée des constructeurs automobile. Parmi ces derniers, Volkswagen dont le Kombinationsfahrzeug, nom d'origine du combi, ne tarde pas à gagner le cœur des Brésiliens.

Le coup de foudre des Brésiliens pour le VW Combi

Le premier Combi Volkswagen entièrement produit au Brésil sort des unités de production de São Bernardo en 1957. Environ 1,5 million d'unités suivront. Pour la petite histoire, c'est dans cette même usine que l'ancien président Lula, alors ouvrier, commence sa carrière politique.
Conçu pour transporter les familles, le VW Combi séduit les Brésiliens des classes populaires en raison de sa polyvalence  – il peut également servir de véhicule utilitaire ou de véhicule de transport collectif –, sa longévité et sa robustesse. Il a aussi l'avantage de pouvoir être entretenu à moindre frais. Dans les années 1970, son look lui vaut également l'adhésion d'une jeunesse brésilienne, gagnée par la culture hippie venue des États-Unis.
En quelques années, le VW combi devient le principal véhicule de transport palliant ainsi l'insuffisance des transports publics.
Un Combi utilisé comme véhicule de transport de passagers à Rio

La fin d'une histoire ?

En 2014, la production du VW Combi au Brésil doit s'arrêter. La loi brésilienne exige en effet désormais que toutes les voitures produites sur son territoire doivent être équipées d’airbags et de freins ABS.

Quand l'amour n'a pas de prix

En guise d'adieu au Brésil, Volkswagen conçoit une édition spéciale de son inconique combi. Look rétro, rideaux d'époque et sièges bicolores, cette dernière édition est un véritable succès en dépit de son prix prohibitif : 85 000 USD. D'abord prévu à 600 exemplaires, ce sont finalement 1 200 véhicules qui sortiront des usines.
Quelques années plus tard, la silhouette rondouillarde du VW Combi continue pourtant d'être visible dans les rues brésiliennes. Bien qu’il ne soit plus fabriqué, les avantages d'avoir un Combi Volkswagen aujourd'hui sont encore nombreux au Brésil : exemption du paiement des taxes foncières pour les voitures de plus de 30 ans, faible consommation de carburant, grande provision de pièces sur le marché, réparations simples, moteur fiable… Et puis, il y a l’attachement des Brésiliens pour ce véhicule, un attachement qui se transmet de génération en génération pour ce symbole d'aventures et de liberté devenu icône pop et symbole de contestation.Les histoires d'amour ne finissent pas toujours mal en général…
© photos : Rodrigo Arnaiz
Retour haut